JO 2016
Tous les articles

Ce serait historique !

par La rédaction
Luka-Karabatic

Publié le 21 août 2016 à 10:27

L’équipe de France se retrouve à une petite marche d’entrer de plain-pied dans l’histoire du sport français mais aussi des Jeux Olympiques. Déjà doubles tenants du titre, les Bleus vont en effet disputer une troisième finale de rang face au Danemark. Et cinq d’entre eux étaient déjà là Pékin…

L’expérience et l’envie. Voilà ce qui va guider l’équipe de France face au Danemark de Mikkel Hansen, dimanche. Une rencontre forcément particulière pour un groupe qui sait pouvoir faire entrer la France dans l’histoire de son sport puisqu’aucune équipe n’a jamais été titrée trois fois de suite… "Il nous reste une heure pour entrer dans l’histoire. On a écrit le premier chapitre de cette magnifique histoire qui restera dans les annales, il faut gagner à tout prix pour que notre nom reste à jamais gravé dans l’histoire", plaide Valentin Porte.   

Les Experts ont toutes les cartes en mains pour y arriver. Ils l’ont d’ailleurs déjà fait à Rio lors du dernier match de la phase de groupe (33-30). Mais bien entendu, cela n’a rien à voir… "Même si on les bat de temps en temps, on sait à quel niveau ils sont capables de jouer, personne n’arrive par hasard en finale des Jeux Olympiques, celui qui y sera vendra chèrement sa peau", lâche Claude Onesta qui saura, avec Didier Dinart évidemment, trouver des ressorts pour que son groupe donne sa pleine mesure en finale. Un Danemark que les joueurs craignent beaucoup… "On s’est souvent joué, on se connaît bien, c’est une équipe qui dans un bon jour peut faire de gros écarts", avoue en effet Luka Karabatic.    

Le cinq majeur vise le triplé   

Et s’ils seront 9 à toucher une première médaille olympique - Di Panda, N’Guessan et Fabregas ne sont ni champions du monde ni champion d’Europe – le cinq majeur (Omeyer, Guigou, Abalo, Karabatic et Narcisse) a déjà un doublé en poche quand Sorhaindo est entré dans le bal en 2012 à Londres. "A aucun moment on a pensé aux deux autres Olympiades, le groupe est vraiment différent, on nous parle de triplé mais tout ce qu’on veut c’est un titre avec ce groupe-là", enchaîne Luka Karabatic.     

Un groupe qui a vécu des moments difficiles mais qui assure une transmission dont le meilleur exemple reste Onesta avec Dinart… "Avec tout ce que les anciens ont vécu, ils sauront nous remotiver pour aller chercher l’or", ajoute le frère de Nikola. De fait, pour aller chercher l’exceptionnel, les Bleus auront besoin de toutes leurs forces vives. On a vu en demi-finale face à l’Allemagne que les organismes et les têtes commencent à fatiguer. Mais à l’image de ce but dans les dernières secondes de Narcisse ou le début de match incroyable, il leur reste aussi un talent énorme. Et un rêve à accomplir…