JO 2016
Tous les articles

Yoka, c'est du super-lourd !

par La rédaction
2016-08/1471810288_2.jpg

Publié le 21 août 2016 à 20:42

Tony Yoka apporte la dernière médaille à la France en empochant la médaille d'or des poids super-lourds (+91 kg) face au Britannique Joe Joyce.

Il l'avait annoncé, il l'a fait ! Tony Yoka est devenu ce dimanche à Rio de Janeiro le premier boxeur tricolore à être sacré dans la catégorie reine des Jeux, celle des poids super-lourds, les +91 kg, assumant parfaitement ses propos. "Si j'étais au meilleur de ma forme, personne ne pouvait me battre", a encore répété à la fin de son ultime combat le Parisien (24 ans), invité à réagir au micro de France 4.

Et pourtant, le champion du monde amateur 2015 n'était pas "au meilleur de (sa) forme"… Il avait mal à sa cheville droite, tordue en demie sur un mauvais appui. Qu'importe, en finale, on oublie la douleur. Et Yoka, certes moins mobile que d'habitude, a pour lui la technique, la précision, l'application (et un merveilleux direct du bras avant). Son adversaire britannique, Joe Joyce, frappe fort (quand il touche), est pressant, mais c'est plus rustre. Cela reste toutefois serré, accroché, et la décision, aux points, est partagée. Mais en faveur du licencié des Mureaux, dans les Yvelines (30-27, 29-28, 28-29) !

"C'est un rêve", sourit-il aux côtés de son pote Teddy Riner. "Un rêve" à deux. Puisque Yoka imite sa fiancée Estelle Mossely, titrée vendredi chez les -60 kg. Depuis 16 ans, leur "grand frère" Brahim Asloum se cherchait un successeur au palmarès olympique. Il en a eu deux pour le prix d'un ! Mossely: "C'est magique ! Je suis tellement heureuse… Il (Tony, NDLR) est trop fort ! J'ai crié, crié, je ne me suis jamais arrêtée ! Je suis sur un gros nuage". Et cela donne un nouveau record aux JO pour la boxe française avec six récompenses: deux en or donc, deux en argent (Sofiane Oumiha, Sarah Ourahmoune) et deux en bronze (Souleymane Cissokho, Mathieu Bauderlique). Exceptionnel !